Les effets pervers des réseaux sociaux

Hello hello !

Petit article blabla en ce dimanche matin, cela change un peu.

J’ai longuement hésité à le rédiger bien qu’il me trotte dans un coin de la tête depuis un très long moment maintenant. Je pensais ne pas avoir la légitimité pour aborder ce sujet, à vrai dire à l’heure où je l’écris je ne sais même pas encore si je vais finalement le publier ou non. Aborder des sujets « polémique » est délicat, trouver les mots qui pourront retranscrire au plus juste sa pensée l’est encore plus.

La crainte de voir mes propos mal interprétés, voire déformés, sur des sujets aussi importants a tendance à me freiner. Je voudrais oser plus, faire passer le bon message, en tout cas celui que je ressens et que je souhaite partager.

Il n’y a pas de solution miracle si ce n’est de se lancer et c’est ce que je fais aujourd’hui, de manière totalement imprévue ce qui expliqueras sans doute le caractère un peu décousu de cet article, vous m’en excuserez…

Attention beaucoup de blabla en perspective ! 😉

Les réseaux sociaux ont de nos jours une place de plus en plus importante dans nos vies, à l’ère du « tout connecté ».

J’avoue que quand je vois des gamines de même pas 12 ans avoir un téléphone dernier cri, être inscrite sur tous les réseaux et y dévoiler une grande partie de leur vie privée, j’apprécie énormément le fait d’être née dans les années 80 et de ne pas avoir eu ça dans mon enfance/adolescence. Au final (et cela n’engage que moi) j’aurais eu une vraie enfance, totalement déconnectée, et je ne m’en portait pas plus mal. Je regrette l’époque où pour parler à ses copines on allait taper à leur porte, où pour apprendre des choses on ouvrait une encyclopédie, où pour avoir des nouvelles de gens qui étaient loin on envoyait des lettres…

Je vous vois venir, c’est bien beau de dire tout ça mais aujourd’hui toi aussi tu es connectée, tu tiens un blog, tu es sur les réseaux… Oui en effet, je l’avoue je suis aujourd’hui très (trop parfois) connectée. Et j’en apprécie d’autant plus de savoir ne plus l’être. J’apprécie aussi le recul que j’ai la chance d’avoir (et que je travaille au quotidien) sur ces réseaux sociaux. Je sais tout à fait me passer de connexion au quotidien, en général quand je passe des bons moments mon téléphone est dans mon sac la majeure partie du temps.

J’aime la facilité quotidienne que procure internet et ce serait mentir que de prétendre le contraire. L’ère du 2.0 a apporté son lot d’innovations pour lesquels aujourd’hui j’aurais beaucoup de mal à m’en passer, chose que je ne voudrait probablement pas faire d’ailleurs.

Je trouve simplement qu’il faut savoir faire la part des choses, savoir se détacher de la technologie pour apprécier de revenir au choses simples, bref savoir vivre et profiter de chaque instant !

Instagram est de loin mon réseau social favori. Je trouve que c’est le réseau qui permet le plus d’échanges, le plus de proximité avec les gens qui nous suivent. Il offre également énormément de fonctionnalité qui me plaisent beaucoup. C’est un réseau social qui met en avant la photographie, la beauté capturée de lieu, de paysages, d’objets… Et ça,  j’adore !

J’ai également une page Facebook liée au blog mais je trouve le format de page nettement moins interactif que le comptes perso et du coup je ne m’en sers que pour relayer mes articles, des posts qui me plaisent ou pour commenter d’autres publications.

J’ai un compte Twitter (un perso et un pour le blog à vrai dire) mais au final je ne m’en sert pas, cela doit faire des mois voire des années que je n’y suis pas allée. Je trouve que Twitter a un coté très critique, très violent, c’est pour moi le réseau où les gens sont de loin les plus agressifs et je ne m’y reconnait absolument pas.

La chose qu’on en commun tous ces réseaux sociaux et que j’apprécie énormément? Faire se connaître des gens qui au départ n’auraient eu aucune raison de se rencontrer un jour. Avoir un coup de coeur amical avec des personnes que tu ne connais pas, que tu n’as jamais vu (Rebell D0ll si tu passes par là bisous!). Echanger sur des sujets qui te plaisent avec des gens qui ont les mêmes passions que toi (coucou Jess !). Donner ton avis sur des produits, des endroits. Recevoir des avis sur des produits que tu souhaite tester, des endroits que tu veux visiter. Savoir lire un avis contraire au sien. Avoir des critiques constructives sur une question précise. Echanger tout simplement.

C’est ce que je retrouve au quotidien sur les réseaux, et sur Instagram notamment. Et c’est pour cela qu’il est de loin mon réseau social favori.

J’y suis très active et je passe sur beaucoup de comptes, des comptes qui me suivent, que je suis, ou d’autres sur lesquels je tombe par hasard. Il y a des choses qui me plaisent énormément, d’autres qui me plaisent moins, c’est ça aussi le principe des réseaux sociaux.

Autre point que je voulais aborder via cet article : ce que renvoient aux gens les publications faites sur les réseaux sociaux. Il est primordial de garder à l’esprit que sur ces réseaux les gens vous montrent ce qu’ils ont envie de montrer, de la façon dont ils le veulent. Cela veut donc dire que la spontanéité est limitée et que parfois (souvent) les choses sont enjolivées. Encore une fois, le plus important, et c’est ce que j’ai eu envie de faire passer via cet article, c’est de savoir faire la part des choses, sur les réseaux sociaux quels qu’ils soient et sur Instagram notamment.

Vous serez confrontés à tout un tas de personnes différentes : des plus simples, (qui utilisent le réseau simplement, pour partager, sans se poser de questions de feed, de nombre d’abonnés, de j’aimes, de commentaires…) aux plus élaborées (avec des post hyper calculés, souvent sponsorisés, où rien n’est naturel, tout est une course aux abonnés / j’aime / commentaires). Et entre les deux vous avez une multitudes d’Instagrammers qui gravitent entre tout ça, qui ne sont ni complètement les premiers, ni complètement les derniers. Sur certains comptes vous serez confrontés aux achats en vue de faire grandir le compte, aux « follow4follow », aux hashtags agressifs. Sur d’autres vous n’aurez rien de tout ça.

Le principal est de savoir faire la part des choses, de savoir vous rendre compte à ce dont/à qui vous avez à faire.

Ce n’est pas parce que quelqu’un poste une magnifique photo de paysage à couper le souffle que la réalité l’est tout autant. A titre personnel je pense par exemple aux photos que je poste très  régulièrement de la Promenade des Anglais. Ce paysage est superbe et j’ai beaucoup de plaisir à le partager sur Insta. Il y a quelques mois j’avais posté en story un matin une très belle vue de la mer, d’un bleu éblouissant, avec le lever du soleil, bref une photo hyper « instagrammable » (dieu que je n’aime pas cette expression…). J’ai ensuite posté en story l’envers du décor, avec une vidéo sur les travaux qu’il y avait sur la Prom’ à ce moment là et qui étaient un carnage (trottoirs ravagés avec d’immenses tranchées, engins de chantier partout, bouchons de folie, accès piétons périlleux….) Bref un calvaire qui contrastait grandement avec la photo postée juste avant pourtant prise au même endroit, au même moment.

Le but était de montrer qu’une photo prise hors contexte ne veut pas dire grand chose, et ne reflète pas forcément la totalité de la réalité de l’instant.

Alors oui Instagram est un réseau social dédié à la photographie, qui par définition induit de poster de « belles » choses. Il faut néanmoins rester objectif. Mon propos concerne notamment les personnes les plus jeunes, les plus influençables, ou les plus fragiles psychologiquement. La vie n’est pas une vie telle qu’elle peut être présentée sur Instagram, il faut garder à l’esprit que tout n’est pas tout beau tout rose, les photos sont cadrées, retouchées le plus souvent, travaillées. Il faut savoir trouver une photo belle sans pour autant en arriver à envier celui ou celle qui la poste en se disant que sa vie est plus parfaite que la nôtre. L’ère des réseaux sociaux et leur caractère pervers c’est ça aussi : se sentir diminué car on a le sentiment de ne pas faire pas aussi bien… C’est ce coté que je trouve dommage et c’est sur cet aspect que je veux alerter. Les photos qui sont postées peuvent vous amener à confronter votre vie à celle des gens que vous suivez et cela peut véritablement avoir un effet pervers, que ce soit quand il est question de la beauté et la minceur par exemple, de la richesse ou même ne serait-ce que des activités que font les autres. Il ne faut jamais vous rabaisser au motif que comparé à ces photos votre vie ou votre physique vous parait être moins bien. Instagram n’est pas la réalité, loin de là.

Autre effet pervers des réseaux et d’Instagram notamment : cette course aux abonnés, aux j’aime et aux commentaires. Il est indispensable d’arriver à se détacher de tout ça faute de quoi on tomberait dans une spirale de négativité.

Je m’explique : je vois passer beaucoup de posts de comptes que je suis où les personnes se plaignent sans cesse de l’algorithme d’Instagram qui conduit à une baisse de visibilité des publications et donc par voie de conséquence une baisse des interactions qui vont avec. Ou encore des publications sur les désabonnements en série, les gens qui s’abonnent et se désabonnent dans la foulée s’ils ne sont pas suivis à leur tour… etc.

Je comprend parfaitement ce genre de ressenti et je vous mentirais si je vous disait ne jamais les avoir eu (je stagne entre 850 et 860 abonnés depuis des semaines, avec des gains importants d’abonnés mais des pertes équivalentes). Cependant à chaque fois je m’efforce de positiver et de voir plutôt le nombre d’échanges que j’ai, de gentils commentaires à chaque publication, de messages privés adorables… Certes c’est hyper frustrant de se lever un matin en ayant perdu 20 abonnés, d’essayer au maximum de faire des publications avec de plus en plus de qualité et de voir qu’elles ne sont que peu vues. Mais au final ce n’est pas grave car avant tout c’est pour moi que je le fais, et pour les personnes qui me suivent car ce que je fais leur plait, pas pour celles qui s’abonnent à moi juste pour un abonnement en retour sans même s’intéresser à ce que je propose. Je préfère de loin avoir moins d’abonnés mais qu’ils aiment ce que je fait plutôt qu’en avoir des tonnes qui n’en n’ont rien à faire : la qualité plutôt que la quantité, il n’y a que ça de vrai (à mon sens en tout cas).

Attention loin de moi l’idée de dire que tout est faux sur ce réseau et que tous les comptes « trichent », bien au contraire. Ces derniers temps de plus en plus de post apparaissent justement pour mettre en avant la dualité entre ce qui est montré et ce qui se cache vraiment une fois les artifices enlevés. D’autres posts également mettent en avant la chasse au sponsoring à outrance. Entendons nous bien, que certains soient payés pour des posts, c’est le jeu d’Instagram et des marques je peux le comprendre. Ce que je n’aime pas c’est que cela soit fait de manière dissimulée, dans le but de tromper son audience. Alors là je n’adhère absolument pas. J’aime le fait que ces pratiques soient mises en lumière pour que cela cesse. Le sponsoring oui mais à partir du moment où la transparence est de rigueur.

Encore une fois cette façon de voir les choses n’engage que moi, à mon petit niveau de bébé blogueuse. J’avais juste envie de vous partager mon ressenti sur la question des réseaux sociaux et mon conseil fondamental : un réseau social ce n’est pas la vraie vie et il faut savoir faire la part des choses.

Voyez le positif en chaque chose au lieu de soulever le négatif, la vie n’en n’est que plus belle 😊

IMG_4045

Publicités

2 réflexions sur “Les effets pervers des réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s