Confinement : le jour d’après

Hello hello ! 

Mercredi 13 mai, déconfinement J+2

A vrai dire je commence cet article quelques jours avant ce fameux 11 mai, parce que j’ai envie de mettre des mots sur mon ressenti post déconfinement… Et je le termine quelques minutes à peine avant la publication…

**********************

Je suis le genre de fille qui suit les règles, qui se conforme aux instructions. 

On m’a dit de rester confiner, de limiter les sorties pour les courses, de faire de la distanciation sociale, d’appliquer les mesures barrières. Je l’ai fait.

Promenade des Anglais Nice

Pas toujours simple. Parfois frustrant. A d’autres moment agréable aussi. Ce confinement est arrivé à un moment où j’avais un véritable besoin de break avec le boulot. Avec le recul je me rend compte que j’étais à la limite d’un burn out et qu’il s’en fallait de peu pour que je bascule. Le timing était donc en quelque sorte parfait.

Je me suis occupée, j’ai rangé, trié, nettoyé, j’ai même bricolé… 

Je me suis découvert une capacité à m’occuper seule sur de longues périodes et à aimer ça. Que c’était possible de ne pas s’ennuyer, même seule pendant deux mois.

J’ai fait du sport à la maison : moi qui ne jurais que par la salle, au final je me suis rendue compte que c’était possible aussi de s’amuser à la maison.

J’ai découvert une autre façon de consommer, une autre façon de s’organiser. Ça m’a plu et je sais que je vais continuer.

J’ai cuisiné…! (A vrai dire je n’aime pas particulièrement ça. Pas tant de cuisiner en soi mais en temps normal j’ai l’impression de perdre mon temps que quand je cuisine… Là c’était une occupation bi quotidienne plutôt sympa quand on est pas dans une routine quotidienne à toujours courir après le temps).

J’ai cousu…! Si ma grand mère avait pu lire ça, à ce moment de l’article je vous le dit elle serait entrain de s’étouffer de rire très probablement. 🤣

Cette période a aussi été le moyen d’ouvrir un peu les yeux sur les gens.

Je suis du genre naïve (ou bonne poire appelez ça comme vous voulez). Voir la façon dont les gens ont réagit et agit pendant ce confinement a en quelque sorte été le révélateur de leur « vraie nature ». Cela est valable pour les personnes que vous côtoyez habituellement, votre entourage plus ou moins proche. C’est aussi valable pour les personnes virtuelles, celles que vous suivez sur les réseaux.

Dans mon entourage « réel » j’ai vu des attitudes qui ne m’ont pas forcément plu, de la part de personnes que je ne pensais pas comme ça. J’ai aussi vu l’inverse (et heureusement !). Cela a aidé mon coté naïf à ouvrir un peu les yeux 😉

Sur les réseaux c’est la même chose : je me suis désabonnée de nombreux comptes qui me laissaient un gout amer à voir leurs stories malsaines en une période aussi compliquée. Et ça fait du bien de s’en détacher. J’ai aussi à l’inverse découvert ou redécouvert de vraies belles personnes, qui ont partagé du positif en cette période sans chercher à jouer de double jeu.

A titre plus personnel, je me suis remise en question sur pas mal de choses. J’ai revu mes attentes sur certains aspects. 

Ce confinement se termine sur une phase charnière au boulot et je me dit que c’est sans doute un mal pour un bien, on verra ce que l’avenir me réserve.

J’ai découvert une nouvelle forme de consommation, je me suis adaptée aux manque de produits et à l’innovation.

Moi qui pensait avoir avant une démarche déjà un peu responsable, je me suis rendue compte qu’au final je pouvais très facilement faire plus. Je compte bien continuer dans cette voie ensuite. 

Ce confinement a eu du positif et du négatif mais au final c’est une forme d’expérience qui ne laisse pas indemne. Je n’aurais jamais imaginé vivre ça mais en même temps je suis contente de l’impact que cela aura eu sur moi. 

Mes proches m’ont manqué, beaucoup. Ma famille, mes amis. Ne pas les voir a été dur. Moi qui pensais être une solitaire je me suis aperçue qu’au final je ne l’étais pas tant que ça.

Je me suis inquiété. Moi qui suis la personne la moins hypocondriaque du monde, je me suis retrouvée à désinfecter littéralement tout ce qui était allé à l’extérieur les rares fois où je sortais. Le retour de courses ne m’a jamais pris autant de temps. Astiquer chaque produit avec du désinfectant tout en me disant que c’était vraiment n’importe quoi…

Au fil des semaines j’ai arrêté de regarder les infos, trop anxiogène. J’ai changé mon mode de consommation de l’information, en sélectionnant ce que je voulais voir, et en privilégiant la presse écrite et plus sensée. Ça m’a beaucoup aidé.

img_5293

J’ai énormément appréhendé ce 11 mai, ce retour au travail dans des conditions que je n’estime pas sécurisantes, en tout cas me concernant niveau boulot. Je donnerais tout pour pouvoir télétravailler, ne pas revenir immédiatement dans le bain des transports en commun et devoir à nouveau côtoyer du monde. Attendre de voir comment les choses évoluent. 

Au final il fallait le faire alors je l’ai fait. Sans avoir vraiment le choix. 

J’ai repris les transports. Je dois admettre que les choses sont d’ailleurs plutôt bien organisées : marquage au sol, sens de circulation avec des portes dédiées à la montée et d’autres à la descente. Certains sièges sont condamnés pour permettre le maintien des distances. Et mon côté asocial aime bien le fait de pouvoir s’asseoir sans avoir quelqu’un qui est collé à soi 😅

Pour l’instant les transports ne sont pas bondés donc garder ses distances reste gérable mais quand il y aura plus de monde fatalement la distanciation ne pourra pas être maintenue. 

Il y a aussi les gens qui n’en ont rien à faire des signalétiques et qui font à leur guise. 🤦🏻‍♀️

Mais ça malheureusement il y en a toujours eu et il y en aura toujours…

Pour l’instant il y a assez peu de monde pour que je puisse me décaler loin de ces gens mais ça sera comment plus tard? 

On verra, prenons les choses au jour le jour. 

Au boulot je me suis débrouillée avec les moyens du bord pour me sentir un minimum protégée sur mon lieu de travail mais pour être honnête ce n’est que du rafistolage bas de gamme. Sans doute l’aspect le plus angoissant de mes journées (moi qui pensait que le pire serait les transports 😅)

Au final j’ai repris le travail avec ce sentiment d’être entre deux mondes. De ne pas être dans ma routine « d’avant » mais de ne pas non plus être dans une routine « d’après », bien calée et sereine. Ce sentiment de vivre ses journées comme en apesanteur, en faisant ces activités comme en apnée, sans vraiment se poser. 

Je n’ai aucun plaisir à sortir de chez moi, ce qui est assez perturbant pour moi. Moi qui avant était toujours en vadrouille à droite à gauche désormais j’attends impatiemment de rentrer chez moi directement après le travail. Et quand je rentre le soir je suis épuisée d’avoir été sur le qui-vive toute la journée 

C’est vraiment une drôle de période…

Bon après soyons aussi positifs, je relativise beaucoup et je me dis qu’au final comparé à d’autres j’ai quand même de la chance, de ne pas être malade, de ne pas avoir perdu de proche. 

J’ai toujours eu tendance à voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide et même si en ce moment c’est un peu plus compliqué, j’essaie de m’y tenir. 

Je reste assez dubitative sur comment vont évoluer les choses et pour le moment je me contente de sortir pour le minimum vital : le travail bien sûr, les courses alimentaires que je vais continuer à ne faire que tous les 15/20 jours et en drive uniquement. Et quelques achats indispensables, de choses casées ou manquantes pendant le confinement mais sans plus. 

Je ne me projette pas vraiment, je ne sais pas trop de quoi seront faites les semaines (voire les mois) à venir. 

*******************

Passons à vous ! 

Comment est ce que vous l’avez vécu ce déconfinement ? Travail, télétravail, chômage ou autre ? Et comment envisagez vous les semaines/mois à venir ?

N’hésitez pas à venir papoter en commentaires, j’adore ça, et d’autant plus en des moments comme maintenant !

À bientôt et prenez soin de vous 

So’

8 réflexions sur “Confinement : le jour d’après

  1. FREDERIQUE dit :

    Bonsoir Sophie, merci pour cet article assez intime finalement.
    Personnellement, je n’ai pas arrêté de travailler, en moyenne 1 jour par semaine, parfois plus.
    J’ai découvert les journées ou on ne court pas après la montre : faire les choses avec plus de temps, plus de plaisir : tri, nettoyage, rangement, pliages (avec la découverte de la méthode KonMari) , cuisiner tous les jours avec du temps, ce qui change tout, et même entamer un rééquilibrage alimentaire et perdre du poids (non je ne suis pas dans la moyenne des français qui ont pris 2.5kgs 🙂 .
    Comme toi, j’ai respecté à la lettre les règles car 3 personnes « à risque » la maison. J’ai pris gout à ce confinement, je vis en villa et c’est sans aucun doute beaucoup plus facile; Même si mes amis, nos repas, nos week ends ensemble et les voyages me manquent.
    Le 11 Mai est là et ce dé confinement je n’en ai presque pas envie , je pense que peu de gens vont le prendre comme une fête et se foutre des gestes barrières, des précautions, et finalement des autres … Je sors à reculons 🙂 et je décide de peu changer mon mode de vie pour le moment, un peu plus de sortie mais pas tant que ça. Je ne travaillerai pas beaucoup plus pour l’instant car mon secteur est sinistré (l’aérien)
    Le port du masque est pesant, un grand bravo aux soignants et à toutes les personnes qui le portent toute la journée. pas envie de me balader avec, drôle de situation …
    Allez on la retrouvera notre « vraie » liberté 🙂 bises

    J'aime

  2. Mademoiselle Marly dit :

    J’ai adoré cet article comme toujours et je me suis reconnue sur beaucoup de points. 😅
    De mon côté, je ne sais pas encore comment je me situe. Rien n’est plus comme avant et je ne sais pas encore comment aborder l’après.
    Cette étrange période laissera des traces indélébiles, ça c’est sûr.
    En tout cas, merci d’avoir partagé avec nous le fruit de cette introspection.

    Aimé par 1 personne

  3. Meili dit :

    Le confinement a permis aussi de prendre conscience de notre société de surconsommation, perso je m’aperçois que je peux me passer de pas mal de choses, j’espère que les gens s’en rendront compte, respectons la nature sinon elle continuera à se venger ! biz

    Aimé par 1 personne

    • So’MakeUp Blog dit :

      Entièrement d’accord avec toi !
      J’ai revu totalement ma façon de consommer également, à la base contrainte par le confinement et au final j’en suis plus que satisfaite !
      J’espère aussi que les gens prendront conscience de ça !
      Merci à toi d’avoir pris le temps de laisser un petit mot !

      Aimé par 1 personne

  4. barbara dit :

    dans l’ensemble, assez « facile » pour moi, j’avais commencé le télétravail il y a un an, un jour par semaine uniquement le lundi, j’ai simplement inversé la tendance en travaillant chez moi 4 ou 5 jours, puis en allant au bureau 1 jour par semaine;
    je vis avec ma fille de 22 ans pour l’instant, experte en confinement, pas propice à l’échange de paroles … et ça, c’est assez compliqué; elle a des horaires décalés vu l’heure à laquelle elle se lève et moi je tourne souvent en rond le soir;
    ma fille de 28 ans vit seule et mon fils de 12 ans était chez son papa à la campagne quand l’annonce officielle de confinement est tombée, alors il est resté là-bas; et ça, c’était extrêmement difficile pendant presque 8 semaines de ne pas voir mon homme ni mon fils, alors le weekend dernier je suis allée passer le weekend avec eux et aujourd’hui c’est mon fils qui vient pour le weekend;
    en parallèle on a décidé qu’il ne reprendrait pas l’école avant septembre, c’est pas plus mal qu’il continue les cours à distance, ça se passe super bien, il profite du maximum de ses journées pour être dehors avec papa dans le jardin, c’est la période où il faut beaucoup s’occuper du potager et là ils viennent d’aménager l’étage de la grande en petit studio …
    j’ai toujours été casanière et sur le fond, devoir rester chez moi ne me pose aucun problème, le souci c’est de ne pas voir les gens et que tous les magasins étaient fermés, je me suis trouvée à court de pas mal de choses et il a fallu « ruser » pour trouver des solutions, mettre en place un « plan B » et c’était assez sympa à découvrir !
    pour la suite, je ne suis pas pressée de reprendre la vie d’avant, quand je vois la foule dans les transports en commun, ceux qui n’ont pas compris comment porter le masque, ceux qui s’en fichent, j’ai peur.
    Je pense que les media sont très doués justement pour insuffler et alimenter la peur chez nous … alors j’ai arrêté de lire les infos et de regarder le journal.
    Pour la suite, un jour à la fois, c’est déjà pas si mal
    Bisous bruxellois !!

    Aimé par 1 personne

    • So’MakeUp Blog dit :

      Merci pour ce retour hyper complet! C’est toujours sympa d’en découvrir un peu plus sur ses lectrices 😊
      Comme toi j’ai apprécié devoir chercher un plan B pour ce qui venait à manquer et je pense continuer sur cette lancée !
      Et entièrement d’accord avec toi pour la question des médias !
      Belle journée à toi

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s